Steaua de Bucarest

Steaua de Bucarest

FCSB
logo-fcsb.svg
Informations générales
Nom. plein Football Club FCSB
Pseudo (s) Steliştii
Roş-Albaștrii
(Rouges et bleus)
Fondation 7 juin 1947 (73 ans)
(comme Asociația Sportivă a Armatei București)
Les propriétaires) Drapeau de la Roumanie.svg Georges Becali
Presidente Drapeau de la Roumanie.svg Valeriu Argăseala
Directeur sportif Drapeau de la Roumanie.svg Mihai stoica
Entraîneur Drapeau de la Roumanie.svg Anton Pétrée
Directeur Drapeau de la Roumanie.svg Marius Yanuli
Installations
stade Arena Națională (actuellement)
LOCALISATION Bucarest, Roumanie
Capacité Spectateurs 55.635
inauguration 6 septembre 2011 (9 ans)
Uniforme
Kit bras gauche FCSB1920H
Kit carrosserie FCSB1920H
Kit bras droit FCSB1920H
Kit short.svg
Kit chaussettes FCSB1920H
titulaire
Kit bras gauche FCSB2021A
Kit carrosserie FCSB2021A
Kit bras droit FCSB2021A
Kit short FCSB2021A
Kit chaussettes FCSB2021A
Alternative
Actualité
Événement actuel de Soccerball.svg Saison 2019-20
Site officiel

El Football Club FCSB(Auparavant Fotbal Club Steaua Bucarest), Connu comme Faci Ce Spune Becali (Fais ce que dit Becali), Steaua ou seulement FCSB est un club de football professionnel du quartier Ghencea à Bucarest, en Roumanie. C'est le club le plus titré de Roumanie à la fois au niveau national, avec 26 titres de première division, et au niveau international, étant le premier club d'Europe de l'Est à remporter la Coupe d'Europe en 1986 après avoir battu le FC Barcelone et la Super Coupe en 1989. Europe après avoir battu le Dynamo Kiev dans la même saison. Il a également été finaliste en Europe en 2006 et demi-finaliste de la Coupe UEFA en XNUMX.

Le club était historiquement connu comme le club sportif de l'armée roumaine. Cependant, le FC Steaua Bucarest s'est officiellement séparé de la société sportive CSA Steaua Bucarest en 1998 et n'entretient des liens avec l'armée qu'en raison de la tradition historique qui la lie à elle, ainsi que du lieu dans lequel il opère, le Stadionul Ghencea, qui bien que appartient toujours au ministère roumain de la Défense nationale, a été donnée en concession au club de football pour une période de 49 ans.

Le Steaua a passé toute son histoire dans l'élite du pays (Ligue I), terminant sous la sixième place en seulement cinq saisons. Au départ, le club a joué avec les couleurs du tricolore roumain - bleu, jaune et rouge - mais le jaune a vite perdu de son importance et l'équipe s'est associée aux couleurs rouge et bleu. Ses rivaux classiques sont le Rapid Bucarest et le Dinamo Bucarest, ce dernier étant avec lequel il joue la Classique Roumaine de Football.

Notre Histoire

Gheorghe-constantin millésime

Gheorghe Constantin, icône du Steaua dans les années 1960.

Marcel Raducanu

Marcel Răducanu, idole des années 1970

Le 7 juin 1947, à l'initiative de divers officiers de la Maison royale roumaine, le premier club sportif de l'armée est fondé par un décret signé par le général Mihail Lascăr. À ses débuts, le club reçut le nom d'ASA Bucarest et disposait de sept sections sportives, dont le football dirigé par l'entraîneur Coloman Braun-Bogdan. En 1948, par ordre 289 du ministère de la Défense nationale, l'ASA changea de nom CSCA.

L'année suivante, le club remporte son premier titre, la Coupe de Roumanie, après avoir battu la CSU Cluj en finale par 2 à 1. Après avoir changé son nom en CCA en 1950, le club remporte ses premiers titres de champion dans les années 1951, 1952 et 1953, obtenant également la Coupe lors des saisons 1951 et 1952. Pendant cette période, le CCA reçut le surnom d'Echipă de aur (en espagnol Équipe d'orEn 1956, lors d'un match contre la Yougoslavie disputé à Belgrade, l'équipe roumaine de football était composée exclusivement de joueurs de l'ACC, l'équipe roumaine l'emportant par 1 à 0. Cette même année, la CCA, dirigée par Ilie Savu, était la première roumaine. club pour se lancer dans une tournée en Angleterre, au cours de laquelle ils ont obtenu des résultats remarquables contre des adversaires tels que Luton Town FC, Arsenal FC, Sheffield Wednesday FC et Wolverhampton Wanderers FC.

Fin 1961, le CCA change définitivement de nom en CSA Steaua, mot roumain pour étoile, en référence à la présence, comme d'autres équipes liées aux forces armées en Europe de l'Est, d'une étoile rouge dans son bouclier. Au cours des deux décennies suivantes, le Steaua a obtenu des résultats irréguliers, n'atteignant que les titres de champion dans les saisons 1967–68, 1975–76 et 1977–78. Nonobstant ce qui précède, il est devenu champion de la Coupe de Roumanie à 9 reprises, gagnant le surnom de Specialistă a Cupei (en espagnol Spécialistes de la coupePendant cette période, le club a également inauguré le Stadionul Ghencea avec un match amical contre l'OFK Belgrade, le 9 avril 1974. Jusqu'à cette date, le Steaua avait joué à domicile dans l'un des deux plus grands stades multisports de Bucarest, Republicii et le 23 août.

Terrain de football.svg

Duckadam
Ivan (C)
Belodedici
Bumbescu
Barbulescu
Balint
équilibre
Boloni
Majearu
Lcătuş
Piţurc
Alignement final de la Coupe d'Europe 1986.

Sous la direction technique d'Emerich Jenei et d'Anghel Iordănescu (ce dernier en tant qu'assistant), le Steaua a connu une saison 1984-85 inattendue en devenant champion de la ligue après six ans. La saison suivante, le club est devenu la première équipe roumaine à atteindre la finale de la Coupe d'Europe, dans laquelle il a battu le Fútbol Club Barcelona, ​​après avoir égalisé sans but pendant 120 minutes, par 2 à 0 des tirs au but, définition dans laquelle Le gardien Helmuth Duckadam s'est démarqué en réussissant à sauver les quatre tirs exécutés par l'équipe espagnole. De cette manière, le Steaua est devenu le premier club d'Europe de l'Est à atteindre le titre continental le plus élevé. Puis il a dû disputer la finale de la Coupe Intercontinentale contre River Plate, avec qui il s'est incliné 0-1. De plus, en 1987, le Steaua a remporté la Super Coupe d'Europe de 1986 après avoir battu le Dinamo Kiev 1-0, avec un but de Gheorghe Hagi.

Pendant le reste des années 1980, le Steaua a continué à bien performer sur la scène internationale, atteignant les demi-finales de la Coupe d'Europe lors de la saison 1987-88 et la finale en 1989, dans laquelle ils ont perdu contre l'AC Milan par 4 points. 0. Au niveau national, il a remporté quatre autres championnats de la ligue (1985–86, 1986–87, 1987–88, 1988–89) et quatre coupes nationales (1984–85, 1986–87, 1987–88, 1988–89) ). De plus, de juin 1986 à septembre 1989, le club est resté invaincu pendant 104 matchs consécutifs pour le championnat roumain, établissant ainsi un record du monde qui n'a été dépassé qu'en 1994 par l'ASEC Abidjan de Côte d'Ivoire, bien qu'il constitue toujours le plus long invaincu par aucun Club européen.

Avec l'ouverture économique provoquée par la révolution roumaine de 1989, plusieurs joueurs qui avaient brillé au Steaua dans les années 1980 ont émigré dans d'autres clubs de l'Ouest. Cependant, le club s'est rapidement rétabli et a remporté six championnats consécutifs entre les saisons 1992-93 et ​​1997-98, correspondant ainsi à ce que Chinezul Timişoara a fait dans les années 1920, plus trois autres Coupes de Roumanie.en 1995-96, 1996-97 et 1998- 99 saisons. Sur le plan international, ils ont atteint la phase de groupes de l'UEFA Champions League à trois reprises entre 1994-95 et 1996-97, étant le seul club roumain à participer à cette compétition à ce jour.

En 1998, le club de football s'est complètement séparé du CSA Steaua, changeant son nom en FC Steaua Bucarest et étant dirigé par l'homme d'affaires Viorel Păunescu. Cependant, l'administration Păunescu s'en est mal tirée et le club s'est rapidement retrouvé endetté et, pour y remédier, son collègue George Becali s'est vu proposer le poste de vice-président, en attendant son investissement dans le club. En 2002, Becali est devenu actionnaire majoritaire et a transformé le club en société publique en janvier 2003. En raison de son caractère controversé, la plupart des fans du Steaua se sont opposés à Becali.

Sur le plan sportif, le club a réussi à se qualifier pour la phase de groupes de la Coupe UEFA 2004-05, devenant ainsi la première équipe roumaine à faire le tirage au sort d'une compétition européenne depuis 1993. La saison suivante, ils ont réussi à se qualifier pour la demi-finale. finale de la Coupe UEFA, où ils ont perdu contre le Middlesbrough FC grâce à un but de dernière minute, en plus de se qualifier pour l'UEFA Champions League après dix ans. Lors de la saison 2007-08, le Steaua a réussi à se qualifier pour la phase de groupes de la Ligue des champions. Au niveau local, il a remporté deux nouveaux titres de champion en 2004-05 et 2005-06, la Super Coupe de Roumanie en 2006, et récemment la Coupe de Roumanie en 2010-11, cette dernière étant le 51e titre de son histoire.

Controverses historiques

Ienei Iordanescu Hagi Popescu rogné 2

Gica Hagi, une autre figure importante du club des années 80.

Tout au long de l'histoire du Steaua, il y a eu diverses situations controversées concernant le passé du club et son appropriation par l'armée roumaine avant la Révolution de 1989, d'autres comme la fondation du club, son activité en Ligue I, les moyens de transfert des joueurs et la participation de la famille Ceauşescu à la vie de l'équipe dans les années 1980.

Le club a été fondé sous le nom d'ASA Bucarest par l'armée royale roumaine le 7 juin 1947. Les débats sur cette question se réfèrent à la forme de gouvernement de la Roumanie, contre les arguments selon lesquels, d'une part, le gouvernement était majoritairement constitué des communistes et, d'autre part, que le pays était encore une monarchie constitutionnelle, avec le roi agissant en tant que commandant suprême de l'armée roumaine. Cependant, au début de sa première saison, malgré son aide dans un barrage pour la promotion en Ligue II, Carmen Bucarest a été dissoute pour des raisons politiques et sa place dans la Ligue I a été prise par l'ASA Bucarest. Par la suite, l'équipe n'a jamais été reléguée et est actuellement l'une des deux équipes qui ont toujours joué en première division avec le Dinamo Bucarest.

Les joueurs ont signé pour le club en organisant des activités sportives dans les anciens pays communistes. À partir de 1947, le nouveau gouvernement communiste a établi des règles indiquant que chaque association sportive devait être liée à une certaine forme d'union ou à une institution gouvernementale, semblable aux sociétés sportives soviétiques. Comme le football professionnel a été aboli, par conséquent, les joueurs se déplaçaient entre les équipes en tant qu'accords entre les institutions des clubs gouvernementaux et non en tant qu'opérations régulières d'économie de marché. En tant que club de l'armée, plusieurs jeunes joueurs talentueux seraient tentés par le Steaua de rejoindre ses rangs, ce qui présente les avantages de conditions améliorées garanties par le club, l'opportunité d'une carrière plus productive et aussi, entre autres, Gica Hagi a été réservée dans ce loin du FC Sportul Studenţesc, également de Bucarest, pour le match de Super Coupe d'Europe 1987 avec le SK Dinamo Kiev et a ensuite continué, à volonté, à jouer pour le Steaua, malgré l'opposition de son ancien club. Cependant, un autre exemple célèbre est aussi celui de Gheorghe Popescu , signé en 1988 du FC Universitatea Craiova, apparemment sans le consentement du club ou du joueur et qui est revenu dans son ancien club après une saison.

Vers la seconde moitié des années 1980 et aussi les dernières années du régime communiste en Roumanie, le fils adoptif du dictateur Nicolae Ceauşescu, Valentin, a été fortement impliqué dans la vie de l'équipe. Malgré des accusations de favoriser le club au niveau national en transférant les meilleurs joueurs du pays et en facilitant son cinquième titre consécutif de championnat de la ligue grâce à des arrangements avec des arbitres ou des équipes rivales, Valentin Ceauşescu a déclaré dans une interview qu'il n'avait rien fait d'autre que protéger son équipe favorite de la la sphère d'influence de son rival, le Dinamo Bucarest, une équipe appartenant au ministère de l'Intérieur, mais peu connue sur le rôle de Valentin Ceauşescu dans l'histoire du Steaua. Les controverses sur ses méthodes contraires à l'éthique n'ont pas encore été prouvées et, par conséquent, la question reste en débat.

L' écusson

Au moment de la fondation de l'ASA Bucarest, le 7 juin 1947, le club n'avait ni écusson ni insigne officiels. Lorsque le gouvernement communiste a pris le contrôle total de la Roumanie le 30 décembre 1947, l'armée royale a été transformée en armée populaire roumaine et l'ASA a été administrée par cette dernière. Inspiré par l'Armée rouge, le nouveau ministre de la Défense a décidé de créer un emblème pour le club, en changeant son nom en CSCA, qui consistait en une lettre A inscrite dans une étoile rouge (symbole de l'Armée rouge) sur un fond circulaire bleu .

Timbres de Roumanie 2007-047

Timbre commémoratif du club à l'occasion du 60e anniversaire. Le bouclier qui apparaît est celui de la société sportive du Steaua et celui porté par l'équipe de football entre 1991 et 1998.

Deux ans plus tard, le changement du nom du club en CCA a apporté un nouvel emblème, qui consistait en une étoile rouge, avec les initiales CCA gravées à l'intérieur, entouré d'une couronne de laurier. Avec le changement définitif du nom du club en Steaua en 1961, le
L'emblème a été modifié à nouveau, en optant pour un bouclier qui se composait d'un fond avec des rayures rouges et bleues avec une étoile dorée au centre, afin de symboliser les couleurs du drapeau roumain. qui a été repensé une fois que l'équipe a déménagé au Stadionul Ghencea.
Après la Révolution roumaine de 1989, en 1991, l'armée a décidé de rompre tous les liens qui la liaient à l'ancien régime communiste, pour cela le CSA Steaua a changé pour la dernière fois son emblème, y compris l'image d'un aigle, qui est également présente. sur l'écu des armoiries du ministère de la Défense et sur les armoiries nationales de la Roumanie. Lorsque le FC Steaua s'est officiellement séparé de la société sportive en 1998, le club a ajouté deux étoiles jaunes sur l'écusson CSA Steaua en référence aux 20 titres de champion remportés, ainsi qu'aux spécifications du Fotbal Club.

En 2003, le conseil d'administration du club, dirigé par George Becali, a décidé de revenir à l'emblème utilisé entre 1974 et 1991, tout en gardant les deux étoiles jaunes au sommet.

La justice roumaine, à travers une plainte du ministère de la Défense qui s'opposait au fait que le club continue de porter ses signes caractéristiques, a dépouillé le Steaua de son écu, de son nom officiel et de l'uniforme qu'il portait depuis sa fondation en 1947, dans une sentence publiée en décembre 2014 . Le ministère a affirmé qu'il refusait de permettre à la marque et aux valeurs du club «d'être transférées de manière abusive et illégale à un groupe privé», se référant à son propriétaire George Becali, qui avait été emprisonné à l'époque. Le club a pu pour retrouver son nom et ses couleurs traditionnelles, mais pas l'écu, qui a dû être repensé avec l'acronyme FCSB —Fotbal Club Steaua de Bucarest—. Lors de plusieurs matches, le club n'a pas porté de bouclier et a joué en maillot jaune neutre.Le Steaua a joué, jusqu'à présent, son dernier match officiel avec le bouclier traditionnel du club le 11 décembre 2014 lors d'un match de Ligue Europa contre le Dinamo de Kiev.

Uniforme et couleurs

Au cours de sa première saison, 1947–48, l'uniforme du club a cherché à représenter les couleurs du drapeau roumain, c'est-à-dire une chemise à rayures verticales rouge et jaune et un pantalon bleu. Au début de la saison suivante, et après le changement de nom de la Royal Navy à l'Armée populaire roumaine, le jaune a été progressivement abandonné, jusqu'à atteindre les couleurs officielles qui accompagnent le club à ce jour: rouge et bleu.
Bien que, tout au long de son histoire, le Steaua n'ait jamais eu de modèle d'uniforme définitif, il s'agissait généralement d'une chemise rouge, d'un pantalon bleu et de chaussettes rouges. Cependant, il y a eu plusieurs variantes, y compris des uniformes tout rouge, tout bleu et des maillots à rayures verticales rouges et bleues au cours des années 1960 et 1970. D'autres combinaisons de couleurs ont été rarement utilisées, à l'exception de l'uniforme tout blanc utilisé, pour le seule fois de son histoire, lors de la finale de la Coupe d'Europe 1985-86, l'uniforme alternatif jaune et rouge utilisé lors de la saison 1999-00 et le troisième uniforme jaune et noir utilisé lors de la saison 2005-06.

Le kit de départ pour la saison 2008-09, comme celui utilisé la saison précédente, se composait d'un maillot rayé rouge et bleu et d'un short et de chaussettes rouges, tandis que le kit alternatif était entièrement bleu.

Actuellement, le kit Steaua est fabriqué par Nike, qui a été embauché en 2002, après une longue association avec adidas. En 1988, le Steaua a été la première équipe de football roumaine à signer un parrainage pour afficher la publicité d'une société occidentale, Ford Le club a obtenu d'autres sponsors par la suite, tels que Castrol, Philips, CBS, Bancorex (initialement BRCE), Dialog (désormais Orange), BCR et RAFO. En septembre 2007, le club a signé un contrat d'un an avec CitiFinancial évalué à 1,3 million d'euros.

stade

Le Steaua a disputé les trois premiers matches de son histoire au stade Venus, aujourd'hui disparu. Inauguré en 1931, le stade appartenait auparavant à l'ASC Venus Bucarest, un club dissous en 1949. Suite à la démolition de Vénus, sur mandat du régime communiste, Le Steaua a servi de lieu dans l'un des deux plus grands stades de Bucarest, Republicii (construit en 1926) et le 23 août (construit en 1953). De ces deux, le stade du 23 août (renommé plus tard Lia Manoliu) était principalement utilisé lorsque deux matches entre clubs de Bucarest étaient programmés le même jour ou pour des matches de compétitions européennes, tandis que le Republicii était utilisé pour des matchs réguliers au sein du championnat local.

Actuellement, le Steaua fonctionne comme un lieu au Stadionul Ghencea, situé dans la zone sud-ouest de Bucarest. Faisant partie du Complexul Sportiv Steaua, il a été inauguré le 9 avril 1974, avec un match amical entre Le Steaua et l'OFK Belgrade, et a constitué le premier stade exclusivement dédié au football construit en Roumanie communiste.

Le stade a été construit à l'intérieur d'une ancienne base militaire sur ordre du ministère de la Défense nationale et a été largement utilisé par le CSA Steaua. Aujourd'hui, malgré la pression du conseil d'administration du FC Steaua, le Ghencea appartient toujours à la marine roumaine, mais en 2006 il a été donné en concession au club de football pour une période de 49 ans.

La capacité initiale de la Ghencea était de 30.000 1991 spectateurs. Cependant, en 28.139, le stade a subi diverses réparations, dont l'installation de sièges, qui a réduit la capacité à XNUMX XNUMX spectateurs, en plus de l'installation d'un système d'éclairage artificiel et de la construction d'un box.

Après une deuxième rénovation en 2006, qui comprenait la rénovation du gazon, Ghencea est devenu l'un des deux stades de Roumanie, aux côtés du Stadionul Dr Constantin Rădulescu, qualifié pour accueillir les matches de l'UEFA Champions League, étant un stade classé trois étoiles selon l'UEFA. système de classification Actuellement, il est prévu d'augmenter la capacité du stade de 45.000 60.000 à XNUMX XNUMX spectateurs.

Les rivalités

Steaua nord

Fans du Steaua lors du Derby de Marele contre le Dinamo.

Le rival traditionnel du Steaua est le Dinamo Bucarest, contre lequel le soi-disant Marele derby (en espagnol: Le grand derby). Cette rivalité a été le match le plus important du football roumain au cours des 60 dernières années, car le Steaua et le Dinamo sont deux des plus populaires et des vainqueurs du pays. À eux deux, ils ont remporté 41 titres de champion (23 Steaua et 18 23 Dinamo) , remportant 26 des XNUMX dernières saisons. Marele derby Cela a été vu comme la confrontation entre le ministère de la Défense et le ministère de l'Intérieur, puisqu'ils géraient respectivement le Steaua et le Dinamo.

Depuis le milieu des années 1990, de violents affrontements se sont souvent produits entre les supporters des deux clubs à l'intérieur et à l'extérieur du stade. L'un des moments les plus critiques s'est produit dans les instants qui ont précédé un match en 1997, lorsque les supporters du Dinamo ont incendié le secteur sud, où ils avaient été affectés, du Stadionul Ghencea.

Si, dans le bilan historique du derby, le Steaua a un avantage, ayant remporté 61 des 142 matchs disputés à ce jour contre 60 du Dinamo, ce dernier a réduit l'écart, notamment grâce aux 18 matches officiels, tant pour la ligue que pour pour la coupe, dans laquelle ils sont restés invaincus entre avril 1992 et avril 2000. De même, le Steaua est resté entre 1992 et 2007, invaincu pendant 15 ans à jouer contre le Dinamo à domicile pour les matches de championnat.

D'autre part, le Steaua entretient une forte rivalité avec le Rapid Bucarest, dans les rencontres desquelles, comme contre le Dinamo, il y a eu de graves incidents entre les supporters des deux clubs. Quarts de finale de la Coupe après un match nul égal à 2005 but au total.

Le Steaua a également d'autres rivalités plus légères ou historiques avec d'autres équipes en dehors de Bucarest telles que Universitatea Craiova, Politehnica Timișoara, Petrolul Ploiești et Universitatea Cluj.

administration

Le Steaua est traditionnellement connu comme l'équipe de la marine roumaine, qui a fondé le club en 1947 en tant que société sportive et qui gère encore à ce jour le CSA Steaua Bucarest.

La section football, cependant, selon les règles imposées par l'UEFA, a été séparée du CSA Steaua et privatisée en 1998, étant gérée par une organisation à but non lucratif appelée AFC Steaua Bucarest, présidée par l'homme d'affaires Viorel Păunescu.

En janvier 2003, le club est devenu une société publique, sous la direction de George Becali, qui a initialement acquis 51% du package d'actions du club, pour ensuite reprendre le reste et devenir ainsi propriétaire du FC Steaua. A l'heure actuelle, Becali n'a aucun lien officiel avec le club, car peu à peu il a démissionné de ses parts. Cependant, le fait que les actionnaires actuels, dont plusieurs de ses neveux, lui soient fidèles et qu'il soit toujours en charge du Steaua est évident. L'explication officieuse de cette situation est représentée par le grand nombre d'impôts impayés par le sport. société propriétaire du club, AFC Steaua Bucarest, dont le paiement à l'administration fiscale a ainsi été évité en transférant ses actifs à la société nouvellement constituée, alors que l'ancienne société sportive était en faillite et en liquidation judiciaire.

George Becali est une personne très controversée, dont l'implication dans la vie du club et de l'équipe a souvent été décrite comme autoritaire et dictatoriale par les médias et les fans. Parmi les décisions les plus controversées de Becali figure la menace de vendre. La marque Steaua envers l'administration fiscale après un scandale fiscal impayé, utilisant le club pour promouvoir le Parti chrétien-démocrate de la nouvelle génération - qu'il préside lui-même -, l'interdiction de jouer la musique de Queen pendant les événements du stade en raison des orientations sexuelles de Freddie Mercury et les licenciements continus des entraîneurs de la première équipe ( culminant dans celui de Gheorghe Hagi).

présidents

  • 1947-1948 : Oreste Alecsandrescu
  • 1948-1948 : Nicolae Petre Draga
  • 1948-1949 : Vasile Mesaroș
  • 1949-1949 : Policarp Dovaăcescu
  • 1949-1951 : Alexandru Florescu
  • 1952-1953 : Edgar Gâ
  • 1953-1954 : Alexandru Florescu
  • 1954-1954 : Ilie Savu
  • 1954-1958 : tefan Alexiu
  • 1958-1961 : Ioan Teodorescu
  • 1961-1964: Aurélien Budeanu
  • 1964-1975: Maximilien Pandele
  • 1975-1980 : Gheorghe Drăgănescu
  • 1980-1983 : Aurel Ion
  • 1983-1984 : Cornel Oțelea
   
  • 1984-1985 : Ioan Popescu
  • 1985-1989 : Nicolae Gavrilă
  • 1989-1990 : Constantin Tănase
  • 1990-1991 : Nicolae Gavrilă
  • 1991-1997 : Cornel Oțelea
  • 1997-1998 : Cristian Gațu
  • 1998-2000 : Gheorghe Cernat
  • 1998-2003 : Viorel Păunescu
  • 2002-2007 : Mihai Stoica
  • 2003-2007 : Georges Becali
  • 2005-2007 : Marius Lăcătuș
  • 2007-2010 : Valeriu Argăseală
  • 2010-2015 : Helmuth Duckadam
  • 2015-20 ??: Valeriu Argăseală
  • 2017-acte.: Helmuth Duckadam

Hobby

Selon une étude réalisée en juin 2007, le Steaua Bucarest est le club de football le plus populaire de Roumanie avec environ 42% des préférences nationales, suivi du Dinamo, avec 12%, et du Rapid, avec 9%.

La plus grande partie de la masse de supporters Steaus est concentrée à Bucarest, en particulier dans les zones adjacentes au Stadionul Ghencea, couvrant toute la moitié sud de la capitale roumaine, une ville divisée géographiquement par la rivière Dâmboviţa. l'intérieur du pays, où plusieurs endroits sont réputés pour avoir une grande majorité de fans du Steaua, et à l'étranger, parmi les émigrés roumains.

Le mouvement Steaua Ultra a commencé en 1995, avec la formation de l'Armata Ultra (AU), le premier groupe d'ultras organisés à Bucarest et le second en Roumanie, après le Commando Viola Ultra Curva Sud de Politehnica Timișoara. membre, il a été dissous en 2001 en raison de problèmes internes. Actuellement, le hobby du steaua est composé de différents groupes, la plupart situés dans le secteur nord de Ghencea, appelé Peluza Nord, parmi lesquels les Sharks Ferentari, Tineretului Korps, Titan Boys, Núcleo, Gruppo Tei, Skins Berceni, Insurgenţii, Armata 47, Ultras Colentina, Gruppo Est Voluntari, Triada, Roosters, tandis que d'autres sont situés dans le secteur sud, Peluza Sud, tels que Ultras, Stil Ostil, Glas, Vacarm, Banda Ultra, entre autres.

En 2006, les fans ont formé leur propre association officielle, appelée ISSA (en roumain Asociaţia Independentă a Suporterilor Stelişti, en espagnol Association indépendante des fans du Steaua). L'ISSA a été créée en tant qu'entité juridique afin de protéger les intérêts et l'image des fans du Steaua, en plus de promouvoir les valeurs du club.

Un sujet de débat intense autour des fans du Steaua a à voir avec le racisme. Provenant principalement de sa rivalité avec le Rapid Bucarest, dont les fans sont souvent qualifiés d'appartenance au peuple gitan, le problème a généré à plusieurs reprises des affrontements entre des factions de fans du Steaua et du Rapid. De plus, lors d'un match de chants racistes ont été entendus par les supporters du Steaua lors du tour préliminaire de l'UEFA Champions League 2005-06 contre le Shelbourne FC, entraînant la suspension du Steaua du terrain lors de la même saison européenne pour un parti.

Au cours des saisons 2005-06, 2006-07 et 2007-08, les incidents liés aux supporters ont été l'un des principaux problèmes du club. À 11 reprises pour la Ligue I et 1 pour la Coupe UEFA, le club a été puni de la suspension de son domicile pour diverses raisons, notamment la violence, les chants et l'utilisation de fusées éclairantes.

statistiques

Le Steaua est le club le plus titré du football roumain. Avec 62 saisons en Ligue I, c'est l'une des deux seules équipes à avoir toujours joué dans la première ligue nationale, avec le Dinamo Bucarest (61 saisons). Dans le même temps, le club détient le record actuel du nombre de championnats nationaux (23), de coupes nationales (21) et de super coupes nationales (5). Entre 1993 et ​​1998, leur séquence de six titres nationaux consécutifs a égalé celle de Chinezul Timișoara depuis les années 1920. Au niveau international, c'est la seule équipe roumaine à avoir remporté des trophées continentaux (Coupe d'Europe 1986 et Super Coupe d'Europe en 1987) et a disputé la finale de la Coupe d'Europe en 1986 et 1989.

Pendant trois ans et trois mois (juin 1986-septembre 1989), le Steaua est resté invaincu 104 matchs en championnat, établissant à ce moment-là un record mondial et européen qui tient toujours. Également au sein de la ligue nationale, il a disputé 112 matches entre novembre 1989 et août 1996 invaincu au Stadionul Ghencea en Ligue I. Sa séquence de 17 victoires consécutives en 1988 est un autre record, le même que celui réalisé par le Dinamo un an plus tard.

Tudorel Stoica est le joueur avec le plus d'apparitions pour le Steaua en Liga I, car aucun des joueurs actuels n'a fait partie du top 10 à ce jour. Le meilleur buteur de tous les temps du club en championnat est Anghel Iordănescu avec 146 buts. D'autres records sont actuellement détenus par d'anciens joueurs comme Dorinel Munteanu (la plupart des matches disputés avec l'équipe nationale, avec 134) ou Gheorghe Hagi (buts marqués avec la Roumanie, 35, plus de matches disputés en compétition européenne, avec 93).

  • Saisons en 1ère: 60.
  • Saisons en 2ère: 0.
  • Meilleure position en première division: 1e
  • Plus grande victoire obtenue:
    • Aux championnats nationaux: 11-0 contre Corvinul Hunedoara en 1988
    • Dans les tournois internationaux: 6-0 face au BSC Young Boys en 1979
  • Plus gros gain reçu:
    • Aux championnats nationaux: UT Arad 0-7 en 1947
    • En tournois internationaux: 0-5 Montpellier HSC en 1990
  • La plus longue séquence sans perdre: 104 matchs (1986-1989)
  • Meilleur buteur en première division: Anghel Iordănescu (146 buts)
  • La plupart des matchs joués par First Division: Tudorel Stoica (368 matchs)
  • Gardien le moins battu: Dumitru Stîngaciu 776 minutes sans concéder (1993)

Joueurs

Depuis sa fondation en 1947, la première équipe du Steaua est principalement composée de footballeurs de nationalité roumaine. Tudorel Stoica est le footballeur qui a disputé les matchs de Ligue I les plus officiels de l'histoire du Steaua Bucarest, avec 368 matchs en deux périodes, 1978-1989 et 1991. Après Stoica, d'autres joueurs qui ont franchi la barre des 300 matchs avec le maillot de les Steaua sont Marius Lăcătuş (357), Anghel Iordănescu (317) et Iosif Vigu (313). Anghel Iordănescu est également le meilleur buteur des matchs de Ligue I avec 146 annotations entre 1968 et 1982. Gheorghe Constantin (145), Victor Piţurcă (138) et Florea Voinea sont les autres joueurs qui ont marqué plus de 100 buts pour le club. En revanche, en ce qui concerne les titres obtenus, Marius Lăcătuş est le joueur qui a obtenu le plus de championnats en jouant pour le Steaua avec 23 titres (dont 10 de la Ligue I), étant également le joueur qui a obtenu le plus de championnats nationaux dans le Histoire du football roumain.

Effectif 2018/2019

Joueurs L'équipement technique
Non. née Pos Votre Nom âge Durer équipe
concierges
12 Drapeau de la Roumanie.svg 0PAR Prenez Niga  23 ans Drapeau de la Roumanie.svg ACS Foresta Suceava
34 Drapeau de la Roumanie.svg 0PAR Christian Balgradean  33 ans Drapeau de la Roumanie.svg CS Concordia Chiajna
99 Drapeau de la Roumanie.svg 0PAR Andreï Vlad  21 ans Drapeau de la Roumanie.svg CS U Craiova
Pare-battages
2 Drapeau de la Roumanie.svg 1DEF Valentin Créau  32 ans Drapeau de la Roumanie.svg Club Sportiv Gaz Métan Médiaș
3 Drapeau de la Roumanie.svg 1DEF Ionuț Panțîru  25 ans Drapeau de la Roumanie.svg CS tiința Miroslava
15 Drapeau de la Serbie.svg 1DEF Marko Momcilovic  33 ans Drapeau de la Roumanie.svg Pandurii Targu Jiu
16 Drapeau de la Serbie.svg 1DEF Bogdan planić Capitaine sports.svg 3 °  29 ans Drapeau de la Serbie.svg FK Vojvodina
17 Drapeau de la Roumanie.svg 1DEF Iulian Cristea  26 ans Drapeau de la Roumanie.svg Club Sportiv Gaz Métan Médiaș
18 Drapeau de la Grèce.svg 1DEF Aristeidis Soiledis  30 ans Drapeau de la Roumanie.svg Club de football Botoșani
48 Drapeau de la Bulgarie.svg 1DEF Bojidar Tchorbadzhiyski  25 ans Drapeau de la Bulgarie.svg PFC CSKA Sofia
77 Drapeau de la Roumanie.svg 1DEF Alexandru stan  32 ans Drapeau de la Roumanie.svg FC Astra Giurgiu
Flyers
5 Drapeau de la Roumanie.svg 2MED Mihai pintilii Capitaine sports.svg  36 ans Drapeau d'Israël Hapoel Tel Aviv
6 Drapeau de la Roumanie.svg 2MED Dragos Nedelcu  24 ans Drapeau de la Roumanie.svg FC Viitorul Constanţa
8 Drapeau de la Roumanie.svg 2MED Lucien Philippe Capitaine sports.svg 2 °  30 ans Drapeau de la Roumanie.svg CS Concordia Chiajna
11 Drapeau de la Roumanie.svg 2MED Olimpiu morutan  21 ans Drapeau de la Roumanie.svg Club de football Botoșani
14 Drapeau du Portugal.svg 2MED Thierry Moutinho  30 ans Drapeau de la Roumanie.svg CFR Cluj
20 Drapeau de la Roumanie.svg 2MED Ionuț Vină  26 ans Drapeau de la Roumanie.svg FC Viitorul Constanţa
23 Drapeau de la Roumanie.svg 2MED Ovidi Popescu  27 ans Drapeau de la Roumanie.svg ACS Poli Timisoara
26 Drapeau de la Roumanie.svg 2MED Răzvan Oaida  23 ans Drapeau de la Roumanie.svg Club de football Botoșani
attaquants
7 Drapeau de la Roumanie.svg 3DEL Florinel Coman  22 ans Drapeau de la Roumanie.svg FC Viitorul Constanța
9 Drapeau de la France.svg 3DEL Harlem Gnoheré  33 ans Drapeau de la Roumanie.svg Dynamo București
10 Drapeau de la Roumanie.svg 3DEL Florin Tanase Capitaine sports.svg 4 °  26 ans Drapeau de la Roumanie.svg FC Viitorul Constanța
21 Drapeau de la Roumanie.svg 3DEL Heure de Ian  32 ans Drapeau de la Turquie.svg Elazığs de Spor Kulübü
24 Drapeau du Portugal.svg 3DEL Diogo Salomao  32 ans Drapeau Arabie Saoudite.svg Club sportif d'Al-Hazem
27 Drapeau de la Pologne.svg 3DEL Lukasz Gikiewicz  33 ans Drapeau Arabie Saoudite.svg Club de football Hajer
47 Drapeau de la République du Congo.svg 3DEL Juvhel Tsoumou  30 ans Drapeau de la Roumanie.svg FC Hermannstadt

{{Joueur de football | no = 98 | nat = Roumanie | pos = DEL |

Entraîneur (s)

Drapeau de la Roumanie.svg Bogdan andone

Entraîneur (s) adjoint (s)

Drapeau de la Roumanie.svg Terme de Cristian
Drapeau de la Roumanie.svg Anton Pétrée

Entraîneur (s) physique (s)

Drapeau de la Roumanie.svg Ciprian Prun

Entraîneur (s) des gardiens de but

Drapeau de la Roumanie.svg Florin Tène

Physiothérapeutes)

Drapeau de la Roumanie.svg Horea Codoréen

Médecin (s)

Drapeau de la Roumanie.svg Flavien Arămitu


Légende
  • Pos : Positionner
  • née : Nationalité sportive
  • Capitaine sports.svg Capitaine
  • Icône de blessure 2.svg Blessée
  • PAR / ARQ : Gardien de but
  • DEF : Défendre
  • MOY / VOL : Milieu de terrain
  • DEL : Avant

Mis à jour le 31 juillet 2015

  • Icône de blessure 2.svg = Blessé à long terme
  • Capitaine sports.svg = Capitaine

Entraîneurs

Votre Nom Période Titres Total
Domestique internationale
LI CR SR UCL RCP UEFA CPS
Drapeau de la Roumanie.svg Coloman Braun-Bogdan 02.1948-05.1948
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Coléa Valcov 08.1948-07.1949
0
1
0
0
0
0
0
1
Drapeau de la Roumanie.svg Ferenc Ronay 03.1950-11.1950
09.1953-11.1953
03.1954-06.1954
0
1
0
0
0
0
0
1
Drapeau de la Roumanie.svg Gheorghe Popescu 03.1951-08.1953
08.1958-07.1960
03.1962-07.1962
4
3
0
0
0
0
0
7
Drapeau de la Roumanie.svg Ilie savu 09.1954-11.1955
1958
08.1964-06.1967
0
3
0
0
0
0
0
3
Drapeau de la Roumanie.svg tefan Dobay 03.1956-11.1956
1
0
0
0
0
0
0
1
Drapeau de la Roumanie.svg Angelo Niculescu 03.1958-06.1958
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg tefan Onisie 09.1960-06.1961
08.1962-11.1963
08.1970-06.1971
1
1
0
0
0
0
0
2
Drapeau de la Roumanie.svg Eugène Mladin 08.1961-11.1961
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Vague Gheorghe 03.1963-07.1964
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Ktefan Kovács 08.1967-07.1970
1
2
0
0
0
0
0
3
Drapeau de la Roumanie.svg Valentin Stanescu 08.1971-12.1972
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Georges Constantin 03.1973-12.1973
08.1978-06.1981
0
1
0
0
0
0
0
1
Drapeau de la Roumanie.svg Constantin Thésca 03.1974-06.1975
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Emerich jenei 08.1975-06.1978
08.1983-05.1984
10.1984-10.1986
04.1991-12.1991
08.1993-04.1994
10.1998-04.2000
5
3
0
1
0
0
0
9
Drapeau de la Roumanie.svg Traian Ionescu 08.1981-12.1981
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Constantin Cernăianu 11.1981-07.1983
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Florin Halagian 09.1984-10.1984
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Anghel Iordanescu 10.1986-06.1990
08.1992-06.1993
4
2
0
0
0
0
1
7
Drapeau de la Roumanie.svg Costică tefănescu 08.1990-12.1990
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Bujor Hălmăgeanu 03.1991-04.1991
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Victor Piţurc 03.1992-06.1992
08.2000-06.2002
10.2002-06.2004
07.2010-08.2010
1
1
1
0
0
0
0
3
Drapeau de la Roumanie.svg Dumitru Dumitriu 08.1994-06.1997
05.2005-06.2005
4
2
2
0
0
0
0
8
Drapeau de la Roumanie.svg Mihai Stoichi 08.1997-10.1998
09.2009-05.2010
1
0
1
0
0
0
0
2
Drapeau de la Roumanie.svg Cosmin Oléroiu 08.2002-10.2002
03.2006-05.2007
05.2011
1
0
1
0
0
0
0
2
Drapeau de l'Italie.svg Walter Zenga 08.2004-05.2005
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau d'Ukraine.svg Oleh protasov 08.2005-12.2005
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Gheorghe Hagi 07.2007-09.2007
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de l'Italie.svg Massimo Pedrazzini 09.2007-10.2007
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Marius Lacatus 10.2007-10.2008
01.2009-05.2009
09.2010-03.2011
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Dorinel Munteanu 10.2008-12.2008
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de l'Italie.svg Christian Bergodi 06.2009-09.2009
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Ilie Dumitrescu 08.2010-09.2010
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Sorin Cârţu 03.2011-05.2011
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Gabriel Caramarin (par intérim) 05.2011
0
1
0
0
0
0
0
1
Drapeau de la Roumanie.svg Laurenţiu Reghecampf 08.2002-10.2002
12.2015-05.2017
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Constantin Galça 06.2014-06.2015
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Nicolas Dica 12.2015
06.2017-12.2018
0
0
0
0
0
0
0
0
Drapeau de la Roumanie.svg Michel Teja 12.2018-
0
0
0
0
0
0
0
0
Total 1947- 23 21 5 1 0 0 1 51

histoire

Remarque: dans gras concours actuellement en vigueur.

Tournois nationaux (57)
Drapeau de la Roumanie.svg Concours national Titres Finalistes
Ligue roumaine (26 / 17) 1951, 1952, 1953, 1956, 1959-60, 1960-61, 1967-68, 1975-76, 1977-78, 1984-85, 1985-86, 1986-87, 1987-88, 1988-89, 1992- 93, 1993-94, 1994-95, 1995-96, 1996-97, 1997-98, 2000-01, 2004-05, 2005-06, 2012-13, 2013-14, 2014-15. (Enregistrer) 1954, 1957-58, 1962-63, 1976-77, 1979-80, 1983-84, 1989-90, 1990-91, 1991-92, 2002-03, 2003-04, 2006-07, 2007-08, 2015-16, 2016-17, 2017-18, 2018-19.
Coupe de Roumanie (23/8) 1948-49, 1950, 1951, 1952, 1955, 1961-62, 1966-67, 1968-69, 1969-70, 1970-71, 1975-76, 1978-79, 1984-85, 1986-87, 1987- 88, 1988-89, 1991-92, 1995-96, 1996-97, 1998-99, 2010-11, 2014-15, 2019-20. (Enregistrer) 1953, 1963-64, 1976-77, 1979-80, 1983-84, 1985-86, 1989-90, 2013-14.
Super Coupe de Roumanie (6/5) 1994, 1995, 1998, 2001, 2006, 2013. (Enregistrer) 1999, 2005, 2011, 2014, 2015. (Enregistrer)
Coupe de la Ligue roumaine (2) 2014-15, 2015-16. (Enregistrer)
Tournois internationaux (2)
Drapeau du monde 2004.svg Compétition internationale Titres Finalistes
Ligue des champions de l'UEFA (1/1) 1985-86. 1988-89.
Super Coupe d'Europe (1) 1986.
Coupe intercontinentale (0/1) 1986.

Consulté en août 2014 sur son site internet

  • Marin Ciuperceanu, Cu echipa de fotbal Steaua pe două continent, Editeur militaire, 1972. (en roumain)
  • Marin Ciuperceanu, Reporter pentru Steaua, Editeur militaire, 1978. (en roumain)
  • Horia Alexandrescu, Steaua Campioana Europei, Editeur militaire, 1986. (en roumain)
  • Constantin Branco, Din culisele supercampioanei, Tempus SRL, 1994. (en roumain)
  • Andreï Vochin, Super steaua, ProSport, 2001. (en roumain)
  • Cătălin Oprisan, Steaua - Legenda unei echipe de fotbal, CSA Steaua, 2008, ISBN 978-973-0-06160-4. (en roumain)

liens externes

  • Commons-logo.svg Wikimedia Commons héberge une catégorie multimédia sur Steaua de Bucarest.
  • Site officiel (en anglais) (en roumain)
  • Steaua Bucarest sur Facebook
  • Steaua de Bucarest sur Twitter
  • Le FC Steaua Bucarest en UEFA
  • Le FC Steaua Bucarest dans la FIFA